Concentration et socialisation : l'importance des berceuses et de la musique

 

Concentration et interaction mère enfantDans le monde entier, les mères chantent à leurs bébés, que ce soit “Au clair de la lune”, leur chanson préférée de la radio, ou même des notes aléatoires. Cette universalité fait de la simple berceuse une grande fenêtre sur l'esprit humain. Dans une nouvelle étude, les neuroscientifiques cognitifs ont constaté que les berceuses apaisent simultanément les mamans et les bébés, tandis que les jeux musicaux (du type éveil musicale, pommes de reinette et pommes d’api, deux petits pouces qui dansent,…)augmentent l'attention des bébés et les émotions positives envers leurs mères.

Les implications comportementales de la musique sont vastes, dit Laura Cirelli de l'Université de Toronto à Mississauga, qui présente aujourd'hui le nouveau travail sur le chant maternel à la 25e réunion de la Cognitive Neuroscience Society (CNS) à Boston. «Les cerveaux infantiles doivent être capables de suivre les événements auditifs de manière prédictive pour donner un sens à la musique», explique-t-elle, et de nombreuses choses complexes se déroulent dans leur cerveau pour rendre cela possible.

De l'enfance à la vieillesse, la musique exige beaucoup du cerveau humain. En savoir plus sur la façon dont nous traitons la musique aide les scientifiques à mieux comprendre la perception, l'intégration multisensorielle et la coordination sociale tout au long de la vie. Les progrès technologiques; par exemple les électroencéphalographie portable (EEG); permettent aux neuroscientifiques cognitifs d'étudier la musique dans diverses situations, des interactions mère-enfant aux salles de concert.

"Le rythme en particulier est mystérieux : nous sommes sensibles au" battement "- ce pouls constant et sous-jacent que nous tapotons du pied ou qui nous fait bouger la tête - dès le début de la vie. Mais, même après des décennies d'essais, les algorithmes de “traqueurs de rythme" ne peuvent pas s'approcher de l'automaticité et de la flexibilité que les humains montrent pour sentir le rythme à travers différentes vitesses, genres et instruments. "

Musique pour maman et bébé

Alors qu'elle travaillait à la garderie un été en tant qu'étudiante de premier cycle de médecine, Cirelli était à un terrain de jeu lorsqu'une fillette de deux ans lui a demandé de l'aide sur la glissade. Le reste des tout-petits vit cela, se regarda, et courut avec enthousiasme pour s'aligner et attendre leur tour. «J'ai été étonné de la complexité de leur compréhension sociale à un âge où ils ne peuvent même pas nous dire ce qu'ils pensent», explique-t-elle. Cela l'a amenée à explorer la façon dont la socialité se développe à un jeune âge, et en tant que pianiste et ballerine, l'ajustement naturel était d'utiliser la musique comme un moyen de comprendre le cerveau social.

Dans sa nouvelle étude sur les berceuses, Cirelli et ses collègues ont étudié comment les mères ajustent leur chant en fonction de leur objectif, pour apaiser ou être ludique pour leur enfant. Les mères participantes ont chanté à plusieurs reprises “Twinkle Twinkle” à leurs bébés qui étaient assis dans une chaise haute face à eux. Les mères ont alterné entre le chant d'une façon ludique ou apaisante. Dans le même temps, les chercheurs suivaient les réponses d'excitation des mères et des bébés, mesurées par la conductance cutanée et le comportement. «Lorsque nous sommes excités ou stressés, les niveaux d'excitation augmentent», explique Cirelli. "Quand nous sommes calmes, ils diminuent.”

Les chercheurs ont constaté que les niveaux d'excitation des mamans étaient plus élevés au cours de la chanson ludique par rapport à la chanson apaisante. Et ils ont trouvé des diminutions coordonnées de l'excitation à la fois pour les mamans et les bébés au fur et à mesure que les chansons progressaient dans un rythme apaisant. Dans les conditions ludiques, les niveaux d'excitation des bébés sont restés stables et leur attention envers la mère et les manifestations d'émotions positives ont augmenté. "Les résultats montrent les changements physiologiques et comportementaux par la maman et le bébé aux différents styles de chansons."

Cette étude s'appuie sur un corpus croissant de travaux sur les implications sociales de l'engagement musical avec les autres. Cirelli souligne des études antérieures montrant que lorsque les gens se déplacent ensemble en synchronie, ils se sentent socialement liés et sont plus susceptibles d'aider et de coopérer entre eux. Et dans une étude sur les tout-petits, elle et ses collègues ont eu des résultats similaires: des enfants de 14 mois qui sautaient de façon synchrone avec des adultes inconnus ont plus aidé ces adultes pour récupérer des objets par terre que ceux qui rebondissaient avec eux de manière asynchrone. "La musique est un outil que nous pouvons utiliser pour rassembler les gens, et cela commence dès l'enfance."

Chaque sensation que nous avons ou action que nous faisons sur le monde se déroule au fil du temps, et nous commençons maintenant à comprendre pourquoi les humains sont sensibles à certains types de modèles dans le temps, mais pas d'autres. -Jessica Grahn

Musique pour une audience en direct

En dépit d'être capable d'écouter de la musique de pratiquement n'importe où dans les temps modernes, les gens vont encore payer des centaines de dollars pour assister à une performance musicale en direct. Pourquoi ? Cette question contribue à faire avancer le travail de Grahn et Molly Henry, tous deux de l'Université de l’Ontario.

Dans un nouveau travail qu'elle présentera à la réunion du CNS aujourd'hui, Henry a utilisé le LIVELab de l'Université McMaster pour tester comment la présence d'artistes en direct et d'un public modifie l'expérience des spectateurs au niveau neuronal. Plus précisément, elle et ses collègues ont examiné la synchronisation du rythme cérébral.

Un groupe de musique a joué devant 80 personnes, dont 20 avaient enregistré leur activité cérébrale avec EEG. Ils ont ensuite comparé ces mesures EEG à celles dans deux autres conditions: une, dans laquelle 20 spectateurs regardaient un enregistrement du premier concert sur un grand écran de cinéma avec un son identique au concert en direct; et un autre dans lequel 20 participants en petits groupes de 2 étaient assis à l'écart pendant qu'ils observaient la performance musicale enregistrée. "Ainsi, nous avons manipulé la présence des artistes tout en gardant le contexte de l'audience", expliquent les auteurs.

Ils ont constaté que les ondes cérébrales des membres du public étaient plus synchronisées les unes avec les autres lorsque les artistes étaient présents. De plus, les individus dont les rythmes cérébraux étaient plus synchronisés avec d'autres membres du public appréciaient davantage le concert et se sentaient plus connectés aux interprètes.

«J'étais très emballé de voir que dans le public, les rythmes cérébraux étaient synchronisés exactement dans la gamme de fréquences correspondant au« rythme » de la musique, donc il semble que le rythme musical stimule les rythmes du cerveau», explique Henry. "Cela peut sembler être du bon sens, mais c'est vraiment quelque chose. Ce sont des découvertes novatrices dans le contexte de l'écoute de la musique en direct qui donnent un aperçu du côté plus social de l'écoute musicale. "

Musique pour le futur

La compréhension de ces schémas éclairera non seulement la science fondamentale, dit-elle, mais aussi les thérapies potentielles basées sur la musique pour les patients souffrant de maladies neurodégénératives.

NDLR : L'importance du rythme et de la synchronisation rhythmique a déjà été étudié pour aider les enfants avec des troubles d'apprentissage et TDAH et c'est effectivement un des outils utilisés dans le programme CerebroStim pour aider les enfants avec ces troubles.

Source

The study “What makes musical rhythm special: cross–species, developmental, and social perspectives” by Laura K. Cirelli, Zuzanna B. Jurewicz, and Sandra E. Trehub was presented at the CNS annual meeting in Boston.

 

Programme CerebroStim :

Le programme cerebrostim est destiné aux enfants et adultes souffrant d'un spectre large de troubles y compris les troubles envahissants de développement, troubles de déficit d'attention, hyperactivité, dyslexie, troubles de comportements, etc. L'objectif est d'analyser les déficits de fonctionnement des parties du cerveau et planifier un programme de rééducation pour stimuler et renforcer les endroits ou hémisphères faibles.

Pour en savoir plus