Association temporelle entre vaccination récente et troubles neuro-psychiatriques : une étude pilote

 

Anxiete et vaccinationNDLR : Parler de la vaccination est devenu un sujet qui prête à exagération de part et d'autres : tout est blanc ou noir selon les convictions et les croyances des uns et des autres ! Or il existe des chercheurs qui continuent à étudier le sujet et cette étude en est une parmi d'autres !
Bien que l'association entre le vaccin ROR et le trouble du spectre autistique ait été réfutée de façon convaincante, l'apparition de certains troubles auto-immuns et inflammatoires liés au cerveau a été associée temporellement à l'administration de divers vaccins. Cette étude entreprise par des chercheurs des universités médicales de Penn State et de Yale, a examiné si les vaccinations sont associées à une incidence accrue de trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'anorexie nerveuse, de trouble anxieux, de tics chroniques, de trouble d'hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH), de trouble dépressif majeur et de trouble bipolaire dans un échantillon d’enfants au niveau national (américain).
En utilisant des données de réclamations auprès des assurances privées, les chercheurs ont comparé les vaccinations chez les enfants et les adolescents âgés de 6 à 15 ans avec les troubles neuro-psychiatriques nouvellement diagnostiqués entre janvier 2002 et décembre 2007, ainsi que deux conditions de contrôle, des fractures osseux et des blessures ouvertes.
Les sujets avec une anorexie nerveuse nouvellement diagnostiquée étaient plus susceptibles que les témoins d'avoir été vaccinés au cours des 3 mois précédents. Les vaccinations antigrippales au cours des 3, 6 et 12 mois précédents étaient également associées à des diagnostics d’anorexie nerveuse, de trouble obsessionnel-compulsif et de trouble anxieux. Plusieurs autres associations étaient également observées de façon significative entre vaccin contre l’hépatite A et trouble obsessionnel-compulsif et Anorexie nerveuse, entre vaccin contre l’hépatite B et anorexie nerveuse, et entre vaccin contre le méningite et anorexie nerveuse et et tics chroniques.

Conclusion de l’étude : Cette analyse épidémiologique pilote implique que l'apparition de certains troubles neuro-psychiatriques peut être temporellement liée à des vaccinations antérieures dans un sous-groupe d'individus. Ces résultats justifient un examen plus approfondi, mais ne prouvent pas le rôle causal des infections antécédentes ou des vaccinations dans la pathoetiologie de ces affections. Étant donné l'ampleur modeste de ces constatations, contrairement aux avantages évidents pour la santé publique de l'administration rapide des vaccins pour prévenir la mortalité et la morbidité infantile, nous encourageons les familles à respecter les calendriers de vaccination conformément aux directives du CDC.

Source

Front Psychiatry. 2017 Jan 19;8:3. Temporal Association of Certain Neuropsychiatric Disorders Following Vaccination of Children and Adolescents: A Pilot Case-Control Study. Leslie DL1, Kobre RA2, Richmand BJ2, Aktan Guloksuz S2, Leckman JF2.

1 Department of Public Health Sciences, Pennsylvania State University College of Medicine , Hershey, PA , USA.
2 Yale Child Study Center, Yale University School of Medicine , New Haven, CT , USA.

 

Programme CerebroStim :

Le programme cerebrostim est destiné aux enfants et adultes souffrant d'un spectre large de troubles y compris les troubles envahissants de développement, troubles de déficit d'attention, hyperactivité, dyslexie, troubles de comportements, etc. L'objectif est d'analyser les déficits de fonctionnement des parties du cerveau et planifier un programme de rééducation pour stimuler et renforcer les endroits ou hémisphères faibles.

Pour en savoir plus