La physiologie des émotions

La physiologie des émotions

 

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous un article paru dans “Daily Life Science Blog” en 2016 :

Le cerveau humain est un organe extrêmement complexe. Il est composé de milliards de cellules spéciales appelées neurones et joue un rôle indispensable dans le contrôle de tous les processus de votre corps. Le cerveau exerce tout ce contrôle à l’aide d’un système sophistiqué impliquant des substances chimiques appelées neurotransmetteurs. Ces produits chimiques agissent comme des messagers, relayant des informations dans le cerveau et vers les organes cibles.

Nous restons inconscients de la plupart des processus complexes exécutés par le cerveau qui nous maintiennent en bonne santé et en vie. Presque tout ce que nous expérimentons, des sens aux pensées en passant par les émotions, est le résultat direct de la manipulation chimique des neurotransmetteurs dans le cerveau. Cela est particulièrement vrai en termes de chimie du cerveau et de ce qui nous fait ressentir des émotions et des sentiments.

Pour la plupart, nous pensons que nous contrôlons nos émotions. Qu’il s’agisse d’exaltation, de tristesse, d’anxiété ou de dépression, nous sentons que nous pouvons relativement bien contrôler ces sentiments. Mais le cerveau peut parfois être trompeur. Un certain nombre de processus complexes du cerveau peuvent parfois aussi manipuler nos émotions. Non seulement ils sont responsables de ce que nous ressentons, mais ils sont également responsables de notre réaction à ces émotions.

Comment le cerveau perçoit-il et traite-t-il les émotions?

Selon la psychologie classique, les émotions sont une combinaison de beaucoup de choses, y compris les sentiments et les actions évoquées par ces sentiments. Les émotions remplissent certaines fonctions importantes dans nos vies. Par exemple, l’émotion de la peur est très importante et se traduit par une réponse dans laquelle une personne combat activement la situation ou fuit la situation (fuite ou combat). De même, les émotions d’amour sont essentielles à la reproduction et à la survie de l’humain.

Ainsi, le cerveau traite en permanence toute information fournie (appelée stimulus) et y évoque une réponse émotionnelle appropriée. Par exemple, si vous marchez seul dans une ruelle sombre, le cerveau perçoit ce stimulus et évoque l’émotion de peur qui vous pousse à courir ou à rester concentré. Du point de vue de l’évolution, toutes les émotions et les actions qu’elles évoquent sont pour la survie ou la procréation.

Comment le cerveau contrôle-t-il votre humeur?

Comme nous l’avons vu précédemment, le cerveau est composé de milliards de neurones. Ces cellules traitent une quantité étonnante d’informations chaque seconde. Ils communiquent entre eux et avec d’autres parties du corps à l’aide des neurotransmetteurs.

Il existe de nombreux neurotransmetteurs qui aident à contrôler et à réguler les fonctions du cerveau, mais les plus importants contribuant à l’humeur sont la noradrénaline (norépinéphrine), la dopamine et la sérotonine.

La dopamine est libérée par les neurones pour relayer les informations pertinentes à l’émotion de plaisir et de récompense. Par exemple, lorsque vous faites quelque chose que vous considérez bien, par exemple vous entraîner pendant une heure complète, le cerveau libère de la dopamine qui vous procure une sensation de plaisir. De même, manger de la bonne nourriture ou même boire de l’alcool libère de la dopamine dans votre cerveau, ce qui vous fait vous sentir bien. La dopamine vous donne envie de faire les actions qui provoquent sa libération en premier lieu afin que vous puissiez avoir plus de plaisir et vous sentir heureux.

La sérotonine, quant à elle, est responsable de la mémoire et de la capacité d’apprendre de nouvelles choses. Il a également été démontré dans la recherche pour aider à la réparation et dans certains cas même à la régénération des neurones blessés et endommagés. La sérotonine joue également un rôle essentiel dans la prévention de la dépression et de l’anxiété.

La noradrénaline est responsable du contrôle du niveau de stress et de l’anxiété.

Tous ces neurotransmetteurs sont en équilibre délicat dans le cerveau. Si pour une raison quelconque, il y a un déséquilibre dans les niveaux de neurotransmetteurs, cela affecte la façon dont vous ressentez et agissez sur les émotions de manière majeure. Par exemple, la dopamine est responsable de vous donner une sensation de plaisir et de bonheur, une baisse des niveaux de dopamine dans votre cerveau vous rendra certainement moins heureux, peut même être triste. De même, un manque de sérotonine est responsable de la dépression. Un certain nombre d’études cliniques sur des personnes souffrant de dépression majeure ont révélé que les neurones de leur cerveau sont moins sensibles à la sérotonine, ce qui entraîne une dépression.

La Chimie des émotions
Là où deux neurones se rencontrent, un petit espace (synapse) existe entre eux. L'impulsion électrique voyageant le long de l'axone du neurone doit se convertir en un signal chimique pour combler cette lacune. Les produits chimiques qui font cela sont appelés les neurotransmetteurs. Ces messagers chimiques sont impliqués dans nos différentes réponses aux situations. Vos émotions dépendent de la fluctuation des niveaux de neurotransmetteurs, qui provoquent l'activation de différentes parties du cerveau responsables de vos humeurs ou activent des parties du cerveau qui déclenchent la stimulation du système nerveux autonome. Image Compoundchem.com

Troubles mentaux et neurotransmetteurs

Les neurotransmetteurs jouent un rôle très important dans la modulation des émotions dans le cerveau. Si les niveaux de ces neurotransmetteurs ne sont pas équilibrés de manière optimale dans le cerveau, cela peut entraîner de graves problèmes. Un sentiment de dépression, d’anxiété ou de sautes d’humeur peut être attribué au manque d’équilibre des niveaux de neurotransmetteurs.

La plupart des thérapies administrées aux personnes souffrant de ces troubles visent à rétablir l’équilibre des niveaux de neurotransmetteurs. Par exemple, la plupart des antidépresseurs prescrits aux patients souffrant de dépression majeure visent à stimuler les neurones pour qu’ils libèrent de la dopamine ou de la sérotonine. Ces médicaments y parviennent de plusieurs manières. L’une des façons dont ils agissent est de bloquer la dissipation de ces neurotransmetteurs, les obligeant à rester dans le cerveau pendant de plus longues périodes. Cela augmente les niveaux apparents de ces neurotransmetteurs dans le cerveau et améliore l’humeur.

L’anatomie de l’émotion

Le cerveau est un gros organe pesant un peu moins d’un kilo et demi. Il est aussi complexe dans son anatomie que dans sa fonction. Diverses zones du cerveau sont responsables de susciter et de contrôler diverses émotions. La partie la plus importante de votre cerveau pour traiter les émotions est appelée le système limbique. Il est composé de nombreuses parties dont l’amygdale, l’hippocampe, le thalamus et les noyaux gris centraux. L’amygdale est la partie la plus importante du système limbique qui évalue la valeur émotionnelle d’une entrée sensorielle entrante. Il est également le «centre de la peur» du cerveau et joue un rôle crucial dans le traitement de la réponse aux stimuli de la peur. De nombreuses études ont montré qu’une lésion de cette partie du cerveau peut abolir complètement la perception de la peur.

L’hypothalamus, une autre partie du système limbique contrôle la réponse involontaire à de nombreuses émotions. Par exemple, si vous êtes excité ou anxieux, que votre rythme cardiaque augmente ou que vos paumes sont moites, toutes ces réponses sont médiées par l’hypothalamus.

L’hippocampe est chargé d’évoquer des émotions intégrées à certains souvenirs. La nostalgie que vous ressentez lorsque vous pensez au bon vieux temps est contrôlée par l’hippocampe. L’hippocampe est également responsable de la conversion des souvenirs à court terme en souvenirs à long terme.

Le cerveau dans son ensemble est composé de deux moitiés identiques de chaque côté – gauche et droite. Vous avez peut-être entendu parler du cerveau droit et gauche, qui fait référence à ces hémisphères du cerveau. Chacune des moitiés remplit des fonctions différentes et est associée au traitement de différentes informations. Par exemple, la partie gauche de votre cerveau est responsable de tirer des conclusions plus littérales telles que la signification des mots ou une formule mathématique, tandis que le côté droit est plus créatif et traite de manière moins concrète.

Comme les deux parties travaillent à l’unisson, les émotions sont assez bien contrôlées. Si nous devons généraliser, et nous rappeler que c’est une simplification excessive, l’hémisphère droit identifie un stimuli et le cerveau gauche en interprète le sens. Le système fonctionne parfaitement car les tâches de réception et d’interprétation sont clairement désignées. Cependant, parfois, si l’un des hémisphères n’est pas en mesure de remplir sa fonction, les résultats peuvent être très destructeurs. Par exemple, s’il n’y a pas de cerveau gauche pour interpréter les émotions, le cerveau droit sera submergé par beaucoup de stimuli émotionnels et ne saura pas quoi faire.

Il existe de nombreuses preuves scientifiques concernant l’effet d’un dommage à l’un ou l’autre hémisphère. Les patients ayant des lésions cérébrales gauches sont plus sujets à la dépression et sont suicidaires. Leur cerveau droit est submergé de négativité et ils n’ont pas la fonction cérébrale gauche.

NDLR : Cette distinction est plus nuancée que ce qui est indiquée dans cet article. Néanmoins ces spécificités peuvent exister et les perturbations peuvent aussi être fonctionnels sans être pathologiques. C’est ce qu’on voit chez les enfants avec troubles du développement tels que TDAH et Asperger ou chez des personnes ayant subi des commotions cérébrales, des enfants avec troubles du comportement, etc. Le programme Cerebrostim tend d’ailleurs à proposer une rééducation spécifique et ciblée pour ces déficits.

Anatomie des émotions

La mémoire joue également un rôle important dans la perception des émotions

Comme nous l’avons tous vécu, certains souvenirs apportent un sentiment de joie et certains provoquent de la douleur. Ces souvenirs, lorsqu’ils sont suscités, peuvent amener le système limbique à les percevoir comme des stimuli émotionnels et le résultat est la précipitation d’une émotion.

Comme nous l’avons vu précédemment, les souvenirs à court terme sont transformés en souvenirs à long terme dans l’hippocampe qui sont ensuite évoqués en raison de certains stimuli visuels ou auditifs.

De nombreux psychologues ont utilisé avec succès ce système pour traiter des patients souffrant de dépression sévère. Si vous pouvez évoquer une bonne mémoire chez un individu déprimé, cela peut conduire à la libération de dopamine et de sérotonine et faire du bien au patient. Chacun de nous essaie cela à son propre niveau. Si vous vous sentez déçu, regarder des photos de vos proches et revivre certains souvenirs peut vous aider à améliorer considérablement votre humeur.

Comment peut-on influer sur les neurotransmetteurs ?

Cette partie ne fait pas partie de l’article de DailylifeScience mais de la rédaction.
Disons le tout de suite : il ne sert à rien de prendre des neurotransmetteurs vendus dans le commerce pour améliorer son niveau de neurotransmetteurs dans le cerveau. Les neurotransmetteurs ne passent pas la barrière hématome-céphalique ! C’est-à-dire la barrière qui sépare la circulation sanguine et le système nerveux central. On ne peut donc pas prendre de la sérotonine pour améliorer son humeur ou de GABA pour se détendre ! Sauf si… justement la barrière hémato-céphalique est compromise. Si une personne prend des gélules de GABA et se trouve zen et détendu, c’est plutôt une indication d’un problème au niveau de la barrière hématome-céphalique que de l’efficacité des gélules. C’est d’ailleurs chez ces personnes que les régimes sans Gluten et sans produits laitiers peut avoir un effet bénéfique. Car le gluten non plus ne devrait pas passer la barrière hémato-céphalique et c’est quand la barrière est compromise (par exemple chez des enfants TDA / TDAH, autistes, asperger,…) que la prise de Gluten pose problème.
Alors que faire si on ne peut pas prendre des gélules de neurotransmetteurs ?
En fait les neurotransmetteurs sont fabriqués par le cerveau à partir de sous-produits qu’on peut trouver dans notre régime alimentaire. D’où l’importance d’un régime alimentaire varié, surtout chez des enfants avec troubles du développement et personnes avec commotion cérébrale ou AVC, etc. pour permettre le stock nécessaire pour la fabrication des neurotransmetteurs dans le cerveau. On reviendra sur ce sujet avec un prochain article.
La stimulation du système (exercices, rééducation spécifique, oxygénation,…) est aussi importante dans la fabrication des neurotransmetteurs et la récupération du système nerveux.