TDAH : peut-on l’expliquer aux enfants ?

Personne ne le niera: la science est complexe. Mais cela ne signifie pas que seuls quelques privilégiés devraient être capables de saisir les concepts scientifiques. De nombreux efforts récents ont été consacrés à la participation du public au processus scientifique et à l’élargissement de l’accès aux données scientifiques. Conformément à cette approche, les scientifiques de l’Université d’Okinawa viennent de publier leurs recherches sur le TDAH dans une revue universitaire des plus insolites : Frontiers for Young Minds qui est une revue scientifique électronique dont le public cible comprend des enfants de 5 à 15 ans. De plus, les enfants participent également au processus de vérification des faits nécessaire à toute revue scientifique réputée, y compris à l’examen approfondi des articles soumis (peer review).

Dans ce cas, les «champions de la science» du “Chabot Space and Science Center” en Californie, États-Unis – âgés de 12 à 15 ans – ont procédé à l’examen de l’étude collaborative menée par l’unité de neurobiologie du développement humain de l’Université Okinawa, l’Université fédérale de Rio de Janeiro et l’Institut D’Or pour la recherche et l’éducation au Brésil. Soutenus par des scientifiques qualifiés, les jeunes adolescents ont vérifié la robustesse de la science mais aussi la qualité et la clarté du langage pour que tout le monde comprenne l’étude publiée. Les jeunes relecteurs ont ensuite transmis leurs commentaires aux auteurs.

L’article publié s’intitule : “Se concentrer est difficile ! La réponse du cerveau à la récompense dans le TDAH”. Il était logique donc d’avoir la réaction des enfants sur cet article qui traite de l’influence du TDAH sur le comportement des enfants. Plus précisément, le plan à long terme des scientifiques ne vise pas seulement à comprendre la nature du TDAH, mais également à comprendre en quoi le TDAH affecte les processus cérébraux et comment cela se traduit en comportement quotidien.

“Les enfants atteints de TDAH sont souvent mal compris et considérés comme des” enfants à problèmes “à l’école et par leurs parents”, a commenté le Dr Emi Furukawa de l’Université d’Okinawa. “Ils ont tendance à avoir plus de difficultés dans les activités quotidiennes, parfois même jusqu’à l’âge adulte, et nous voulons savoir pourquoi.”

Même si un traitement pharmacologique est déjà disponible, son efficacité est limitée en raison de notre manque de compréhension de la neurobiologie du TDAH.

“Il existe quelques interventions comportementales et pharmaceutiques réduisant les symptômes du TDAH, mais nous ne savons pas exactement pourquoi parfois elles fonctionnent et pourquoi parfois elles ne fonctionnent pas, ni les effets secondaires potentiels”, a ajouté le Dr Furukawa. “Nous voulons donc savoir exactement ce qui pourrait se passer dans le cerveau des enfants atteints de TDAH afin de mieux préciser les interventions à leur intention.”

Les scientifiques ont examiné la partie du cerveau appelée striatum qui est représentée comme le centre de récompense / plaisir du cerveau.

En bref, un groupe d’étudiants avec ou sans TDAH a effectué une tâche simple dans une IRM fonctionnelle (IRMf) qui mesurait l’activité dans le striatum lors de l’attente d’une récompense et de la livraison de la récompense. Grâce aux IRMf du cerveau, l’étude a révélé que le striatum des étudiants sans TDAH était beaucoup plus actif dans l’anticipation de la récompense, aidant potentiellement à se concentrer sur la tâche à accomplir sachant que la récompense pourrait suivre. Les étudiants atteints de TDAH ont toutefois affiché le schéma opposé : c’est le fait de recevoir la récompense qui a déclenché une activité plus intense dans le striatum et non pas l’anticipation de la récompense. Cela peut avoir un impact négatif sur la capacité des enfants atteints de TDAH à rester concentrés s’il n’y a pas de récompense à portée de main.

“Nous savons que nous devons récompenser plus fréquemment les enfants atteints de TDAH”, a ajouté le Dr Furukawa. “Mais les parents et les enseignants ont du mal à le faire parce qu’ils se demandent” pourquoi dois-je récompenser plus souvent les enfants qui se conduisent mal? ”

Le Dr Furukawa pense que donner des explications neurobiologiques sur le TDAH pourrait encourager les parents ou les aidant à mettre en œuvre une stratégie de gestion du comportement bénéfique pour les enfants TDAH qui ne suivent pas les instructions données.

Quoi qu’il en soit, le Dr Furukawa a reconnu que le fait de faire passer en revue l’article de par des enfants était très bénéfique. “Ils ont soulevé des questions qu’aucune critique scientifique ne pensait poser, posant des questions sur une autre partie du cerveau illuminée à la fois par le groupe TDAH et les groupes de contrôle et s’interrogeant sur son fonctionnement. Les enfants ont une manière différente de regarder le monde, ce qui, en tant que scientifique, vous fait parfois repenser la façon dont vous expliquez vos recherches “, a-t-elle conclu. “Ce système facilite également la promotion de la prochaine génération de scientifiques.”

Références :
Emi Furukawa. Focusing Is Hard! Brain Responses to Reward in Attention Deficit Hyperactivity Disorder. Frontiers for Young Minds, 2017; 5 DOI: 10.3389/frym.2017.00018

J’ai trouvé cette initiative très intéressante et le site tout autant : https://kids.frontiersin.org/articles. C’est en anglais mais ce sera l’occasion pour les enfants de réviser leur anglais avec l’aide des parens si nécessaire !