On apprend mieux en lisant sur le papier que sur les écrans

Une étude parue en 2017 montre qu’en général les étudiants apprennent beaucoup plus efficacement des manuels imprimés que des écrans. Voici la traduction d’un résumé de cette revue systématique :

Les étudiants d’aujourd’hui se considèrent comme des natifs du numérique, la première génération à grandir entourés de technologies telles que les smartphones, les tablettes et les lecteurs électroniques.
Les enseignants, les parents et les décideurs politiques reconnaissent certes l’influence croissante de la technologie et ont réagi de la même manière. Nous avons constaté une augmentation des investissements dans les technologies de la salle de classe, les étudiants étant désormais équipés de tablettes et livrés à des manuels électroniques.
Compte tenu de cette tendance, les enseignants, les élèves, les parents et les décideurs peuvent supposer que la familiarité des élèves et leur préférence pour la technologie se traduisent par de meilleurs résultats d’apprentissage. Mais nous avons constaté que ce n’était pas nécessairement vrai.
En tant que chercheurs en apprentissage et en compréhension de texte, nos travaux récents se sont concentrés sur les différences entre la lecture de supports écrits et numériques. Bien que les nouvelles formes de technologie de la classe, telles que les manuels numériques, soient plus accessibles et portables, il serait faux de penser que les élèves seront automatiquement mieux servis par la lecture numérique simplement parce qu’ils le préfèrent.

Vitesse – à un coût

Notre travail a révélé un écart significatif. Les élèves ont déclaré préférer et avoir de meilleurs résultats en lecture à l’écran. Mais leur performance réelle avait tendance à en souffrir.
Par exemple, notre revue des recherches effectuées depuis 1992 a révélé que les étudiants étaient en mesure de mieux comprendre les informations imprimées de textes de plus d’une page. Cela semble être lié à l’effet perturbateur que le défilement sur l’écran a sur la compréhension. Nous avons également été surpris d’apprendre que peu de chercheurs avaient testé différents niveaux de compréhension ou de temps de lecture documenté dans leurs études de textes imprimés et numériques.

Pour approfondir ces tendances, nous avons mené trois études sur la capacité des étudiants à comprendre des informations sur papier et à partir d’écrans.
Les étudiants ont d’abord évalué leurs préférences moyennes. Après avoir lu deux passages, un en ligne et un imprimé, ces étudiants ont ensuite effectué trois tâches : Décrire l’idée principale des textes, énumérer les points clés abordés dans les lectures et fournir tout autre contenu pertinent qu’ils pourraient retenir. Quand ils ont fini, nous leur avons demandé de juger leur performance de compréhension.
Dans les différentes études, la longueur des textes était différente et nous avons collecté des données variables (par exemple, le temps de lecture). Néanmoins, certaines conclusions clés émergent qui apportent un éclairage nouveau sur les différences entre la lecture de contenu imprimé et numérique :

  • Les étudiants ont largement préféré lire numériquement.
  • La lecture en ligne était nettement plus rapide qu’en version imprimée.
  • Les étudiants ont jugé leur compréhension meilleure en ligne qu’en version imprimée.
  • Paradoxalement, la compréhension globale était meilleure en lecture imprimée qu’en lecture numérique.
  • Le support importait peu pour les questions générales (comme comprendre l’idée principale du texte).
  • Mais lorsqu’il s’agissait de questions spécifiques, la compréhension était nettement meilleure lorsque les participants lisaient des textes imprimés.

Mise en perspective de l’impression

À partir de ces résultats, il est possible de transmettre aux décideurs, aux enseignants, aux parents et aux étudiants certaines leçons sur la place de l’imprimé dans un monde de plus en plus numérique.

1. Considérez le but

Nous lisons tous pour plusieurs raisons. Parfois, nous cherchons une réponse à une question très précise. D’autres fois, nous voulons parcourir un journal pour les titres d’aujourd’hui.

Alors que nous sommes sur le point de lire un article ou un texte dans un format imprimé ou numérique, nous devons garder à l’esprit quel est l’objectif de la lecture. Il y a probablement une différence dans le choix du support qui convient le mieux à cette lecture.

En d’autres termes, il n’ya pas d’approche «un média convient le mieux pour tout».

2. Analyser la tâche

Une des conclusions les plus cohérentes de nos recherches est que, pour certaines tâches, le moyen ne semble pas avoir d’importance. Si on demande à tous les élèves de comprendre et de se rappeler la grande idée ou l’essentiel de ce qu’ils lisent, il n’y a aucun avantage à choisir un support plutôt qu’un autre.

Mais lorsque le travail de lecture demande plus d’engagement ou une compréhension plus profonde, il est préférable que les étudiants lisent les textes imprimés. Les enseignants peuvent sensibiliser les élèves au fait que leur choix peut influer sur leur capacité à comprendre la tâche. Cette prise de conscience pourrait atténuer les divergences constatées dans le jugement des élèves quant à leurs performances par rapport à leurs performances réelles.

3. Ralentissez

Lors de notre troisième expérience, nous avons pu créer des profils significatifs d’étudiants en se basant sur la façon dont ils lisaient et comprenaient des textes imprimés et numériques.

Parmi ces profils, nous avons trouvé un groupe restreint d’étudiants de premier cycle qui comprenaient mieux lorsqu’ils sont passés de l’impression au numérique. Ce qui distingue ce groupe atypique, c’est qu’ils lisent plus lentement quand le texte est sur ordinateur que dans un livre. En d’autres termes, ils n’ont pas pris la facilité d’engagement avec le texte numérique pour acquis. En utilisant ce groupe restreint comme modèle, les étudiants pourraient éventuellement apprendre ou être dirigés contre la tendance à parcourir “en diagonale” les textes sur écran.

4. Quelque chose qui ne peut être mesuré

Il peut y avoir des raisons économiques et environnementales pour aller sans papier. Mais il y a clairement quelque chose d’important qui serait perdu avec la disparition de l’impression.

Dans nos vies académiques, nous avons des livres et des articles sur lesquels nous revenons régulièrement. Les pages cousues de ces lectures précieuses contiennent des lignes de texte gravées de questions ou de réflexions. Il est difficile d’imaginer un niveau d’engagement similaire avec un texte numérique. Il devrait probablement toujours y avoir une place pour l’impression dans la vie universitaire des étudiants, quelle que soit la technologie qu’ils acquièrent.

Bien sûr, nous réalisons que la marche vers la lecture en ligne se poursuivra sans relâche. Et nous ne voulons pas minimiser les nombreuses commodités des textes en ligne, notamment l’ampleur et la rapidité d’accès.

Notre objectif est simplement de rappeler aux natifs numériques d’aujourd’hui – et à ceux qui façonnent leurs expériences éducatives – qu’il est très coûteux de faire abstraction de la valeur des mots imprimés pour l’apprentissage et le développement académique.

Références :

Singer, L. M., & Alexander, P. A. (2017). Reading on Paper and Digitally: What the Past Decades of Empirical Research Reveal. Review of Educational Research, 87(6), 1007–1041.