TDAH et le fluor dans les urines

Selon des chercheurs de l’Université de Toronto et de l’Université York, des niveaux plus élevés de fluor dans les urines pendant la grossesse sont associés à davantage de symptômes de type TDAH chez les enfants.

“Nos résultats concordent avec un nombre croissant de preuves suggérant que des niveaux plus élevés d’exposition au fluor peuvent affecter négativement le système nerveux fœtal”, a déclaré le Dr Morteza Bashash, auteur principal de l’étude.

L’étude publiée dans Environment International, a analysé les données de 213 couples mère-enfant au Mexique, et fait partie d’un projet qui a suivi des femmes enceintes de 1994 à 2005 et continue de suivre les femmes et leurs enfants depuis lors.

L’eau du robinet et les produits dentaires ont été fluorés dans des communautés au Canada et aux États-Unis (ainsi que du lait et du sel de table dans d’autres pays) en quantités variables pendant plus de 60 ans pour prévenir les caries. Au cours des dernières années, un débat animé sur la sécurité de la fluoration de l’eau – en particulier pour les cerveaux en développement des enfants – a incité les chercheurs à explorer la question.

L’équipe de recherche – composée d’experts de l’Université de Toronto, de l’Université York, de l’Institut national de santé publique du Mexique, de l’Université du Michigan, de l’Université d’Indiana, de l’Université de Washington et de la Harvard School of Public Health – a analysé des échantillons d’urine qui avaient été obtenues chez les mères pendant la grossesse et leurs enfants âgés de six à 12 ans.

Les chercheurs ont ensuite analysé la relation entre les niveaux de fluorure dans l’urine et les performances de l’enfant dans divers tests et questionnaires mesurant l’inattention et l’hyperactivité, et fournissant des scores globaux liés au TDAH. Les analyses ont été ajustées pour tenir compte d’autres facteurs réputés avoir un impact sur le développement neurologique, tels que l’âge gestationnel à la naissance, le poids à la naissance, le rang de naissance, le sexe, l’état matrimonial maternel, les antécédents de tabagisme, l’âge à l’accouchement, l’éducation, le statut socio-économique et l’exposition au plomb.

“Nos résultats montrent que les enfants ayant une exposition prénatale élevée au fluor étaient plus susceptibles de présenter les symptômes du TDAH tels que rapportés par les parents. L’exposition prénatale au fluor était plus fortement associée à des comportements inattentifs et à des problèmes cognitifs, mais pas à l’hyperactivité”, a déclaré Bashash.

Ce travail s’appuie sur des recherches antérieures publiées par l’équipe sur cette population, démontrant que des niveaux plus élevés de fluor dans l’urine pendant la grossesse sont associés à des scores plus faibles aux tests de QI et de cognition chez les enfants d’âge scolaire.

Le TDAH est le trouble psychiatrique le plus souvent diagnostiqué dans l’enfance et touche entre 5 et 9% des enfants d’âge scolaire.

“Les symptômes du TDAH persistent souvent jusqu’à l’âge adulte et peuvent nuire à la vie quotidienne”, a déclaré Christine Till, professeure agrégée de psychologie à l’Université York et co-auteur de l’étude.

“Si nous pouvons comprendre les raisons de cette association, nous pourrons alors commencer à élaborer des stratégies préventives pour atténuer les risques”, a déclaré Till.

Cette étude a été financée par l’Institut national des sciences de la santé de l’environnement, qui fait partie des Instituts nationaux de la santé.

Références : Morteza Bashash et al. Prenatal Fluoride Exposure and Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) Symptoms in Children at 6-12 Years of Age in Mexico City. Environment International, 2018